Kim Thúy, notre narratrice, est l'auteure du roman Ru, qui raconte la fuite de sa famille, du Vietnam jusqu'au Québec. Elle connaît bien la réalité des immigrants coincés entre le rêve d'un meilleur ailleurs et la réalité brutale de la désillusion face aux obstacles concrets. Dans cet épisode, nous croisons de ces enfants qui grandissent dans la pauvreté, comme ceux qu'accompagnent le Dr Gilles Julien et son équipe. Enfin, nous rendons compte de la réalité parfois tragique des aînés condamnés à finir leurs jours dans l'indigence.

En filigrane, Pierre continue la valse des petits boulots. Il fait la plonge dans un casse-croûte et apprend la science des patates frites. Puis, on le retrouve alors qu'il tond des pelouses. D'autre part, il contribue à aider les autres par le biais du bénévolat dans une soupe populaire. Une contribution qu'il entend bien répéter dans son milieu, une fois l'expérience terminée. De son côté, Emmanuelle remercie le ciel d'avoir grandi entourée de l'amour de sa mère, car elle prend conscience que tout le monde n'a pas cette chance.

Tous deux vivent le syndrome des naufragés des villes...

© Radio-Canada

NAUFRAGÉS DES VILLES

Membre