«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

Radio-Canada.ca

Des analyses de laboratoire confirment la présence de champignons toxiques dans un immeuble à logements de la rue Morin, dans le Vieux-Hull à Gatineau, selon Logemen'occupe.

François Roy, coordonnateur de l'organisme, affirme avoir obtenu les résultats des prélèvements de moisissures mardi matin. D'après lui, ceux-ci démontrent que la santé des résidents du 23, rue Morin est compromise.

« À notre avis, les gens qui habitent là présentement devraient être évacués sur-le-champ. » — François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe

L'organisme condamne depuis longtemps l'insalubrité d'immeubles de la rue Morin, que la Ville entend acquérir afin de refaire l'aqueduc et l'égout entre les rues des Braves-du-Coin et Gagnon. Certains édifices seront rasés afin d'effectuer les travaux.

Selon M. Roy, les résultats d'analyses montrent que des problèmes perdurent depuis longtemps dans ces logements. « Ça fait des années qu'il y a des infiltrations d'eau, mais malgré ça, les autorités municipales ne jugent pas nécessaire d'évacuer les personnes qui habitent là en disant qu'éventuellement, ils vont être démolis à cause de l'expropriation qui est en cours », soutient-il.

L'organisme entend informer les autorités municipales des résultats d'analyses mardi. Il souhaite que la Ville déclare les logements impropres à l'habitation en vertu du règlement sur la salubrité.

Logemen'occupe souligne que d'autres logements présentent des problèmes similaires sur le territoire de la ville en raison du vieillissement du parc de logements locatifs.

La Ville interviendra

Le maire de Gatineau, Marc Bureau, a indiqué mardi matin que la Ville avait convenu des ententes pour l'achat des résidences situées au 25 et au 29 de la rue Morin. Il veut laisser le temps à l'administration municipale d'analyser les résultats des analyses avant d'évincer des résidents.

M. Bureau a rappelé que le règlement est clair. « Quand on aura besoin de le déclarer, puis s'il faut sortir des gens, on va les sortir », a-t-il ajouté.

Membre