«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

Radio-Canada.ca


François Roy entame mardi une grève de la faim.

Publié mardi 07 mai 2013 sur Radio-Canada.ca

Le coordonnateur de l'organisme Logemen'occupe, François Roy, entreprend mardi sa deuxième grève de la faim en deux ans. Il interpelle ainsi la Ville de Gatineau et le gouvernement du Québec afin d'obtenir la condamnation de logements impropres à l'habitation sur le territoire de Gatineau.

Pour faire sa grève de la faim, M. Roy s'est installé dans un logement de la rue Morin, qualifié d'insalubre et de dangereux, selon Logemen'occupe et un inspecteur indépendant.

« On est en pleine crise du logement abordable [...] Une des faces cachées de cette crise, c'est que de plus en plus de ménages doivent louer des logements qui sont vraiment dangereux pour leur santé et leur sécurité », souligne François Roy.

Le coordonnateur souhaite que la Municipalité demande à Québec le pouvoir de faire évacuer, de fermer et de démolir au besoin ce type de logements, lorsqu'ils sont jugés inhabitables.

M. Roy affirme qu'en septembre 2011, à la suite d'une première grève de la faim, le maire de Gatineau, Marc Bureau, s'était engagé à demander ces nouveaux pouvoirs à la province. Un an et demi plus tard, ces demandes n'ont toujours pas été faites, selon lui.

Se fondant sur les données de Statistique Canada, François Roy soutient que quelque 12 % des logements de Gatineau requièrent d'importantes réparations.

En outre, le coordonnateur de Logemen'occupe demande à Québec de respecter son engagement de 2011 de mettre sur pied un plan d'intervention destiné aux mal-logés. Cette promesse aurait été faite après la première grève de la faim de François Roy, au terme de la laquelle celui-ci avait pu rencontrer le ministre des Affaires municipales de l'époque, Laurent Lessard.

<lire l'article original sur Radio-Canada.ca>

 

Radio-Canada.ca


Le pape François 1er a salué la foule massée devant la basilique Saint-Pierre de Rome.  Photo :  Gregorio Borgia

Au lendemain de l'élection du pape François, des organismes communautaires de Gatineau fondent un certain espoir en un éventuel renouvellement de l'Église catholique. De façon générale, ils apprécient les origines modestes du souverain pontife argentin, mais peu s'attendent à des miracles.

Jorge Mario Bergoglio est connu pour son mode de vie simple et sa lutte pour la défense des pauvres. Ce sont des valeurs que partage le coordonnateur de Logemen'Occupe, un organisme fondé par un père.


François Roy, coordonnateur de Logemen'Occupe à Gatineau.

« D'avoir un peu plus de justice sociale, je pense que l'on en parle pas suffisamment. Donc, d'avoir un pape qui en ferait état et qui en parlerait davantage, ça ne peut pas être négatif », estime François Roy.

<lire la suite sur Radio-Canada.ca>

Radio-Canada.ca


Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy (archives)

L'organisme Logemen'occupe a dénoncé, lundi, l'attitude de l'Office municipal d'habitation de Gatineau (OMHG) qui, selon lui, n'offre pas des logements en bon état d'habitabilité à ses nouveaux locataires.

Selon l'organisme, les nouveaux résidents doivent peinturer eux-mêmes leur logement lorsqu'ils emménagent, et ce, même s'il revient au propriétaire de remettre un logement propre et en bon état à un nouveau locataire.

« Ça va à l'encontre des dispositions du Code civil. Tout propriétaire doit livrer un logement en bon état d'habitabilité. » — François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe

Logemen'occupe soutient que la situation est difficile pour la clientèle de l'OMHG, des personnes fragilisées à revenu modeste ou faible, qui n'ont pas toujours les ressources ou les capacités d'effectuer ce genre de travaux.

L'organisme affirme par ailleurs que les nouveaux résidents se croient forcés d'accepter cette situation, sous peine de se voir refuser leur nouvelle habitation à loyer modique, que certains attendent depuis des années.

M. Roy déplore aussi que, bien que la peinture soit fournie par le propriétaire, les locataires doivent se procurer à leurs frais le reste du matériel, dont les pinceaux.

<lire la suite sur Radio-Canada.ca>

Radio-Canada.ca


Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy (archives)

Le coordonnateur de Logemen'occupe a fait une sortie en règle, vendredi, contre les responsables du Gîte Ami, un centre d'aide aux itinérants de Gatineau.

François Roy croit que le Gîte Ami devrait adopter un mode d'intervention plus approprié afin de mettre en place des pratiques favorisant la sortie de l'itinérance.

Il somme l'organisme de revoir ses « pratiques archaïques » et demande aux responsables d'offrir un véritable service aux itinérants qui serait disponible 24 heures sur 24.

François Roy se réjouit de l'aide financière apportée par des citoyens et des entreprises de Gatineau à la suite d'un appel à l'aide lancé pour le Gîte Ami par un homme d'affaires. Le centre d'aide aux itinérants a annoncé que les services de jour seraient maintenus.

Par contre, ces services ne s'adressent pas à l'ensemble des clients du Gîte Ami. Selon M. Roy, plusieurs itinérants doivent donc quitter le centre d'hébergement après le déjeuner.

« On voit mal comment un organisme qui a reçu du financement important de la part des autorités publiques au cours des dernières années maintient encore ses pratiques de mettre les gens à la rue le matin. » — François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe

Plusieurs itinérants se retrouvent ensuite à la Soupe populaire de Hull « au détriment de plusieurs autres familles démunies », ajoute François Roy.

De plus, le coordonnateur de Logemen'occupe croit que le Gîte Ami n'a pas respecté ses engagements envers la Ville de Gatineau. Il souligne que les itinérants se retrouvent toujours dans les rues du secteur de Hull, malgré la construction d'un nouvel édifice financé largement par les autorités municipales.

Réaction du Gîte Ami

Le Gîte Ami de Gatineau
Le Gîte Ami de Gatineau héberge des sans-abri, en plus de leur offrir des repas et des vêtements.sss

Le directeur général du Gîte Ami, Luc Villemaire, a défendu son organisme. Il croit que la mission du centre, qui est d'héberger les itinérants la nuit, est bien remplie.

Il souligne que seul un financement récurrent permettra d'offrir de véritables services de jour.

Luc Villemaire croit que le Gîte Ami est bien géré et réfute les accusations de François Roy. « Le Gîte Ami qu'il décrit n'est pas le Gîte Ami que je connais », a-t-il rétorqué en invitant son homologue à venir visiter les installations du centre.

Campagne électorale

Des logements à Gatineau.
Des logements à Gatineau.

Par ailleurs, François Roy déplore le manque d'engagement des candidats de l'Outaouais dans le domaine du logement social dans le cadre de la campagne électorale.

Il souligne que les plateformes électorales de Québec solidaire et du Parti québécois abordent la question du logement. Par contre, le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec n'ont pas encore affiché leur position dans ce dossier.

François Roy entend talonner les principaux partis politiques d'ici la fin de la campagne, pour qu'ils prennent des engagements clairs et chiffrés dans ces dossiers qu'il juge essentiels.

Logemen'occupe organise un débat entre certains candidats de l'Outaouais mardi prochain.

<lire l'article original sur Radio-Canada.ca>

Radio-Canada.ca


Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy (archives)

François Roy démissionne du comité de concertation du Service d'aide à la recherche de logement de Gatineau (SARL) qui est en activité depuis février.

Les résultats ne sont pas au rendez-vous, selon François Roy, même si le service a été créé de bonne foi et que les objectifs sont louables.

« Les familles sont laissées à elles-mêmes. Il n'y pas véritablement de moyens pour leur venir en aide. En fin de compte, c'est de la poudre aux yeux. C'est pour ça que je démissionne. » — François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe

Dans une lettre destinée au ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard, François Roy affirme que l'accueil et l'ensemble des services offerts aux familles sans logis et mal-logées se sont nettement détériorés depuis l'implantation de ce service.

Le SARL, coordonné par l'Office municipal d'habitation de Gatineau (OMHG), doit offrir un service téléphonique afin d'aider les citoyens à obtenir de l'information sur les logements disponibles.

Il doit aussi permettre aux ménages dans le besoin de s'inscrire sur une liste d'attente pour obtenir un logement social ou d'être dirigés vers d'autres ressources.

<lire l'article original sur Radio-Canada.ca>

Membre