«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 


Pour el MAMROT, l'expert-conseil Pierre Baril a dressé un état de la situation de la gouvernance à l'OMHG.
Patrick Woodbury, LeDroit

 

Mathieu Bélanger
Le Droit

Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy, a accusé jeudi la Société d'habitation du Québec (SHQ) et la députée de Hull, Maryse Gaudreault, de vouloir empêcher la publication d'un rapport concernant la gouvernance à l'Office municipal d'habitation de Gatineau (OMHG).

La SHQ et Mme Gaudreault ont toutes deux vivement dénoncé les propos de M. Roy, qu'ils affirment être faux. Pourtant, en début de journée, M. Roy publiait un communiqué de presse dans lequel il affirmait que le pdg de la SHQ «refuse systématiquement de rendre public ce rapport ou de faire un compte rendu de ses recommandations». Il ajoutait que Mme Gaudreault «a mentionné que ce rapport était un rapport de nature privée et qu'il n'avait pas à être rendu public».

En décembre dernier, l'ex-ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, a mandaté l'expert-conseil Pierre Baril pour que ce dernier fasse un état de la situation à l'OMHG à son ministère. Son rapport est terminé et a été déposé en pleine campagne électorale. Il y a toutefois eu depuis un changement de gouvernement.

Bientôt présenté au ministre

La porte-parole de la SHQ, Alexandra Paré, a reconfirmé au Droit que «le rapport sera officiellement rendu public».

La SHQ doit rencontrer sous peu le nouveau ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau. C'est à ce moment qu'il sera saisi du rapport et c'est ensuite qu'il pourra être rendu public.

Quant à Mme Gaudreault, elle a contredit le coordonnateur de Logemen'occupe sur toute la ligne. «Je n'ai jamais dit ça à M. Roy, a-t-elle insisté. Il a toujours été question que ce rapport soit rendu public. Je n'ai jamais dit qu'il devait demeurer privé. Il s'agit d'un rapport important, il y aura des recommandations qui pourront être mises en place et c'est important que ce soit rendu public. Je ne sais pas pourquoi François Roy affirme une telle chose, je n'ai même pas discuté de ce sujet avec lui.»

La présidente de la Commission de l'habitation à Gatineau, Myriam Nadeau, affirme avoir eu des discussions au sujet du rapport de M. Baril. Jamais la SHQ ne lui a affirmé que ce rapport ne serait pas rendu public. Elle en a demandé une copie, qu'elle attend toujours, mais sa demande ne lui a pas été refusée.

Invité à clarifier ses propos, M. Roy a rapidement dû rectifier le tir. «J'ai eu des nouvelles informations [hier matin] et Mme Gaudreault aurait changé de position dans le dossier et serait maintenant disposée à faire des efforts pour que le rapport soit rendu public.» Mme Gaudreault soutient qu'il n'en a jamais été autrement.

François Roy a ajouté que la haute direction de la SHQ n'avait pas été suffisamment claire sur la question et que cela lui faisait dire que l'organisation n'avait plus l'intention de rendre le rapport public. «On sentait moins la volonté», dit-il.

M. Roy n'a pas eu de discussions directes avec le grand patron de la SHQ.

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

Membre