«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

LeDroit

 

François Roy poursuit sa grève de la faim, malgré la décision de la Ville de Gatineau d'exproprier les logements insalubres de la rue Morin.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Charles Thériault
Le Droit
 
 

François Roy poursuit sa grève de la faim, malgré la décision de la Ville de Gatineau d'exproprier les logements insalubres de la rue Morin.

Le coordonnateur de Logemen'occupe qui a débuté sa grève de la faim jeudi maintient sa position.

«La décision de la Ville ne change rien, car elle veut exproprier ces logements uniquement pour refaire la rue. C'est donc par la bande qu'on règle le problème de ces taudis, mais tous les autres logements insalubres sont encore là. De plus, il y a deux ans, le maire de Gatineau, Marc Bureau, disait que l'état de ces logements n'avait pas de bon sens mais il n' a rien fait et il se contredit continuellement. Je vais continuer ma grève de la faim jusqu'à ce que le ministre Sylvain Gaudreault et le maire Bureau viennent me rencontrer et constater l'état de ces logements», a déclaré M. Roy.

François Roy a également porté plainte pour voies de fait contre le propriétaire de l'immeuble où il s'est installé, Paul Tovan.

Selon M. Roy, Paul Tovan se serait présenté avec deux hommes et l'aurait poussé en tentant d'entrer dans l'appartement.

Le porte-parole de la police de Gatineau, Pierre Lanthier confirme qu'un homme de 64 ans a été arrêté, au 23 de la rue Morin, vers 13 h, mercredi, mais ne peut dévoiler son identité, tant qu'il n'aura pas été formellement accusé.

Il a été libéré sous promesse de comparaître en cour.

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

Le Droit


François Roy de Logemen' occupe... (Archives, LeDroit)François Roy de Logemen' occupe

Archives, LeDroit

Charles Thériault
Le Droit

François Roy entame une deuxième grève de la faim en trois ans. Le coordonnateur de Logemen'occupe a annoncé, mardi matin, qu'il cessera de manger jusqu'à ce qu'il obtienne une rencontre avec le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (MAMROT), Sylvain Gaudreault.

M. Roy s'est installé dans un logement insalubre de la rue Morin à Gatineau, où une famille a récemment été évacuée et relogée par Logemen'occupe.

François Roy veut forcer le gouvernement du Québec et la Ville de Gatineau à prendre des mesures concrètes pour éliminer les taudis et forcer leurs propriétaires à rénover ou démolir ces habitations.

Il a aussi blâmé le maire Marc Bureau, pour son inaction.

Un inspecteur spécialisé en bâtiment, Pierre Vachon, a affirmé que l'édifice est véritablement insalubre et presque impossible à chauffer.

François Roy avait fait une grève de la faim en 2011, dans le but d'obtenir une rencontre avec le ministre du temps, Laurent Lessard.

La rencontre a eu lieu le 23 septembre 2011.

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

Francois Roy.
MARTIN ROY, ARCHIVES LEDROIT

Mathieu Bélanger
Le Droit

 

L'enquête sur les agissements et la gouvernance de l'Office municipal d'habitation de Gatineau (OMHG) demandée par l'organisme Logemen'occupe demeure pour l'instant lettre morte.

« C'est le silence complet des ministres Stéphane Bergeron et Sylvain Gaudreault, malgré la gravité des allégations énoncées », a affirmé, lundi, le coordonnateure Logemen'occupe, François Roy.

« Sans conclure qu'il y a eu de la malversation de la part de la direction de l'OMHG, l'ensemble des éléments invoqués dans cette demande démontre manifestement une dérive importante des pratiques de gestion de l'OMHG », estime M. Roy, qui dénonce aussi n'avoir reçu aucun accusé de réception de la part des deux ministres ayant reçu la demande d'enquête.

M. Roy demande au ministre Gaudreault de donner suite « rapidement » à la demande de Logemen'occupe. « Il en va de l'intérêt des mal-logés de Gatineau », conclut-il.

Dans une lettre de 23 pages acheminée à Québec le 15 mars, M. Roy tente de faire la démonstration que le directeur général de l'OMHG, Mario Courchesne, se place en conflit d'intérêts en occupant aussi le poste de secrétaire-trésorier de HOM, un organisme sans but lucratif privé propriétaire d'un parc de logements abordables à Gatineau.

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

LeDroit.caModifications au programme d'Accès logis

Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy.... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)
Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy.
SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LEDROIT

Mathieu Bélanger

 

Des modifications faites par la Société d'habitation du Québec (SHQ) au programme d'Accès logis priveront de nombreuses personnes à risque d'itinérance d'un logement permanent en Outaouais.

L'organisme Logemen'occupe a vertement dénoncé, hier, les nouvelles orientations de la SHQ dans le financement de logements sociaux. Auparavant, le volet 3 du programme Accès logis permettait de financer des logements permanents pour les gens ayant des problèmes particuliers et étant à risque d'itinérance. Ces personnes identifiées par le milieu communautaire n'avaient qu'à débourser 25 % de leur revenu pour habiter dans un logement qu'ils pouvaient conserver.

Depuis décembre dernier, les projets de logements permanents ne seront financés que s'ils s'adressent à des gens atteints d'un handicap physique ou mental les rendant inaptes au travail. Ceux qui n'auront pas de telles conditions médicales reconnues et qui ne bénéficient pas déjà d'un logement permanent via Accès logis devront se contenter de logements de transition. « La SHQ adopte maintenant une approche en fonction de la condition médicale et non plus en fonction du statut social, c'est une mauvaise lecture de ce qui cause l'itinérance », indique François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe.

En Outaouais, déjà deux projets de logements permanents se sont vus refuser du financement à cause de ces nouvelles orientations de la SHQ, soit un projet de la Soupe populaire s'adressant aux femmes itinérantes et un autre des Oeuvres Isidore-Ostiguy qui aurait permis de livrer un logement permanent à 11 familles de la région. « Il n'y a aucune cohérence entre ces nouvelles orientations de la SHQ et les orientations gouvernementales et législatives concernant l'itinérance et le logement social au Québec », ajoute M. Roy.

< lire l'article original sur LeDroit.ca >

Le Droit

Aide aux mal-logés de l'Outaouais

François Roy de Logemen'occupe
ARCHIVES, LE DROIT

 

patrick Duquette
Le Droit

Près d'un mois après sa grève de la faim, François Roy a obtenu hier matin la rencontre promise avec le ministre Laurent Lessard. Le ministre des Affaires municipales s'est engagé à développer un « plan d'intervention gatinois » pour aider les mal-logés.

Porte-parole de Logemen'occupe, François Roy s'est dit « relativement satisfait » des engagements pris par le ministre. « On est enthousiasmé des propos de M. Lessard. Il a manifesté un sens du leadership intéressant, il a pris des engagements fermes et résolus », a reconnu M. Roy au sortir de la réunion.

Le ministre Lessard a promis de mettre sur pied un comité de travail et de rencontrer, dès la semaine prochaine, l'Office municipal d'habitation de Gatineau (OMH). « On va avoir un plan d'intervention avec des solutions à court, moyen et long terme, a-t-il assuré. On s'est engagé à y mettre beaucoup de temps, d'énergie et à mobiliser des ressources. »

Contrairement à François Roy, le ministre Laurent Lessard refuse de parler de « crise du logement abordable » à Gatineau.

Mais il reconnaît toutefois l'existence de problèmes humanitaires liés à l'insalubrité, à la toxicomanie et à l'itinérance. « On est passé, depuis quelques années, de la poignée de porte à la poignée de main. Il faut s'occuper de la personne en dedans », illustre le ministre.

Pas d'argent neuf

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

Membre