«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

Logemen’occupe a fait parvenir une mise en demeure à la Ville de Gatineau vendredi pour la forcer à prendre des mesures pour «protéger la sécurité des locataires situés aux 23, 25 et 27 de la rue Morin».


Patricia Lanteigne
Rue Morin

Selon la lettre envoyée au directeur général de la ville, Robert Weemaes, Gatineau a cinq jours pour répondre à la demande de Logemen’occupe. Si le délai n’est pas respecté, l’organisme s’adressera aux tribunaux pour obliger la municipalité à offrir un soutien approprié aux résidents des logements ciblés, selon son coordonnateur, François Roy.

M. Roy avait entamé une grève de la faim en mai pour forcer le maire de Gatineau, Marc Bureau, et le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, à agir dans le dossier des loyers insalubres.

«Ça fait une multitude d’interventions qu’on fait dans les dernières années pour qu’ils respectent l’article 45. On a rencontré le cabinet du maire et le ministre, mais ils refusent toujours de condamner les propriétaires de ces logements et ils se ferment les yeux. Il faut sortir les locataires le plus rapidement de là.»

Dans la mise en demeure, Logemen’occupe prétend que Gatineau a mandaté l’entrepreneur de corriger la situation. Un inspecteur mandaté par l’organisme avait relevé des problèmes d’humidité, d’infiltration d’eau, de moisissure et de présence de vermine. Les travaux effectués par le propriétaire des lieux ne règlent pas ces maux, selon François Roy.

<lire l'article original sur JournalLaRevue.com>

Membre