«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

La Revue

La moisissure est répandue entre les murs du 75, rue Lausanne dans le secteur de Gatineau. L’eau et l’humidité s’infiltrent dans le bâtiment à la moindre averse. Pourtant, les inspecteurs en bâtiment de la Ville de Gatineau le jugent conforme.

Julien Paquette

Le plâtre s'effrite dans une chambre à coucher de l'appartement 209 du 75, rue Lausanne. La moisissure est également répandue sur la laine minérale,

Lorsqu’ils ont déménagé le 1er décembre, ils ont rapidement constaté que la moisissure se répand même sur les murs d’une chambre à coucher située au coin du bâtiment. «On a changé d’adresse parce que notre autre logement était insalubre. Finalement, c’est pire ici», souligne la mère de deux enfants qui habite l'appartement.

La Ville de Gatineau a été avertie de la situation. Selon les locataires, un inspecteur a été envoyé la semaine dernière pour vérifier l’état des lieux. Il est reparti en disant que c’était acceptable. «Il a dit que c’était à cause de nos terrariums dans le salon si on avait un haut taux d’humidité. Mais il n’a jamais vérifié s’il y avait de la moisissure.»

De son côté, Gatineau confirme qu’une vérification a eu lieu dans les derniers jours et que «le logement n’a pas été considéré comme impropre à l’habitation». Des correctifs devront toutefois être apportés par le propriétaire de l’immeuble. Le service des communications n’a pas indiqué quelle est la nature de l’avis d’infraction qui sera envoyé dans les prochains jours.

L’inspecteur mandaté par l’aide juridique, Pierre Vachon, explique toutefois qu’on retrouve des fissures dans le béton à l’extérieur de l’édifice. Ces ouvertures laissent l’eau s’infiltrer entre les murs, la raison principale de la prolifération de la moisissure.

«Ça se propage dans les endroits humides, sans lumière et sans circulation d’air. L’hiver surtout, quand les portes et fenêtres restent fermées, les spores circulent dans l’air. C’est là que c’est dangereux. Même si on évacue les gens, il est trop tard

Le plancher au premier étage est également fréquemment inondé, selon les locataires de l’appartement 209. La salle électrique qui se trouve sous le niveau du sol n’est pas épargnée. Un contact entre l’eau et les fusibles peut les faire sauter et même provoquer un incendie.

Nous avons contacté l’entreprise propriétaire du bâtiment, Immomarketing. Ils n’ont toutefois pas donné suite à notre demande d’entrevue.

 

<voir l'article original sur JournalLaRevue.com>

Membre