«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

CNW TELBEC

MONTRÉAL, le 22 mai 2013 /CNW Telbec/ - Le Front d'action populaire en réaménagement urbain, un regroupement pour le droit au logement formé de 155 groupes de tout le Québec, appuie la grève de la faim entreprise par François Roy, coordonnateur de Logemen’occupe de l’Outaouais, pour revendiquer une véritable lutte contre le fléau des logements insalubres qui sévit à Gatineau et partout au Québec. Demain, des porte-parole du FRAPRU se rendront à Gatineau pour participer à une manifestation d’appui à l’action débutée le 7 mai. La manifestation aura lieu, à partir de midi, au coin des rues Portage et Laval, dans le secteur Hull.


source photo: www.frapru.qc.ca

 
Le FRAPRU considère, comme Logemen’occupe, que les municipalités doivent avoir toute la volonté et les pouvoirs de faire évacuer et condamner les logements locatifs qui représentent un danger pour la santé et la sécurité des personnes qui y demeurent. L’organisme constate que, même si Gatineau dispose, contrairement à bien des municipalités, d’un « Règlement sur la salubrité et l’entretien des habitations, des logements et des chambres », elle semble incapable d’en assurer la pleine application.

Le FRAPRU pense, également comme Logemen’occupe, que la possibilité d’évacuer des locataires vivant dans des habitations insalubres est sérieusement compromise, sans mise en place de moyens réels pour assurer le relogement immédiat des personnes ainsi évacuées. Or, il constate que ce n’est pas du tout le cas présentement, compte tenu de la rareté persistante de logements locatifs à loyer abordable, qui frappe durement Gatineau où les loyers sont les plus élevés parmi toutes les régions métropolitaines de recensement du Québec.

De plus, selon François Saillant, coordonnateur du FRAPRU, « la rareté affecte aussi les HLM qui, en principe, peuvent aussi servir à reloger en priorité les ménages évacués pour une longue période pour des raisons de salubrité ». Il ne voit donc pas d’autres solutions immédiates que l’utilisation de suppléments au loyer d’urgence comme ceux demandés par Logemen’occupe : « Le gros problème, c’est que la Société d’habitation du Québec ne disposera en tout et partout que de 30 de ces suppléments au loyer pour l’ensemble du Québec en 2013-2014, incluant la période du prochain premier juillet ».

SOURCE : Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements :

François Saillant (514) 919-2843 (cellulaire)
www.frapru.qc.ca
@frapru

<voir l'article original sur newswire.ca>

Membre