«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

MÉDIAS traditionnels LaRevue (Info07) Radio-Canada.ca TVA Gatineau/Ottawa Urgence 07

LeDroit

 

François Roy poursuit sa grève de la faim, malgré la décision de la Ville de Gatineau d'exproprier les logements insalubres de la rue Morin.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Charles Thériault
Le Droit
 
 

François Roy poursuit sa grève de la faim, malgré la décision de la Ville de Gatineau d'exproprier les logements insalubres de la rue Morin.

Le coordonnateur de Logemen'occupe qui a débuté sa grève de la faim jeudi maintient sa position.

«La décision de la Ville ne change rien, car elle veut exproprier ces logements uniquement pour refaire la rue. C'est donc par la bande qu'on règle le problème de ces taudis, mais tous les autres logements insalubres sont encore là. De plus, il y a deux ans, le maire de Gatineau, Marc Bureau, disait que l'état de ces logements n'avait pas de bon sens mais il n' a rien fait et il se contredit continuellement. Je vais continuer ma grève de la faim jusqu'à ce que le ministre Sylvain Gaudreault et le maire Bureau viennent me rencontrer et constater l'état de ces logements», a déclaré M. Roy.

François Roy a également porté plainte pour voies de fait contre le propriétaire de l'immeuble où il s'est installé, Paul Tovan.

Selon M. Roy, Paul Tovan se serait présenté avec deux hommes et l'aurait poussé en tentant d'entrer dans l'appartement.

Le porte-parole de la police de Gatineau, Pierre Lanthier confirme qu'un homme de 64 ans a été arrêté, au 23 de la rue Morin, vers 13 h, mercredi, mais ne peut dévoiler son identité, tant qu'il n'aura pas été formellement accusé.

Il a été libéré sous promesse de comparaître en cour.

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

Radio-Canada.ca


François Roy entamait mardi une grève de la faim.

Le coordonnateur de l'organisme Logemen'occupe, François Roy, a déposé une plainte pour voies de fait contre un propriétaire de logements de Gatineau à la suite d'un événement survenu mardi, alors qu'il entamait une grève de la faim. C'est ce qu'a confirmé, mercredi matin, la police de Gatineau.

François Roy allègue qu'il a été bousculé par le propriétaire d'un immeuble de la rue Morin, Paul Tovan. C'est dans un des logements de cet immeuble que François Roy s'est installé pour faire sa grève de la faim. Le bâtiment est jugé insalubre et dangereux par l'organisme de défense des droits du logement.

Selon François Roy, Paul Tovan se serait présenté sur les lieux mardi après-midi, accompagné de deux autres personnes, et lui aurait demandé de partir. Il y aurait ensuite eu une bousculade.

Des témoins de la scène auraient alors alerté les policiers. À leur arrivée, Paul Tovan avait déjà quitté les lieux.

La grève de la faim entamée par François Roy vise à faire condamner des logements impropres à l'habitation sur le territoire de Gatineau.

<lire l'article original sur Radio-Canada.ca>

La Revue

Le coordonateur de Logemen'Occupe François Roy. Patricia Lanteigne

Le coordonateur de Logemen'Occupe François Roy.

 

Publié le 13 Mai 2013
Patricia Lanteigne

Le problème de taudis à Gatineau ne sera pas réglé par le réaménagement de la rue Morin, explique le coordonnateur de Logemen’Occupe Francois Roy. Ce dernier a entamé une grève de la faim mardi matin pour dénoncer l’inaction de la ville dans le dossier.

François Roy ne s’attend pas à voir un changement malgré l’annonce faite par la conseillère du district de Bellevue Sylvie Goneau mardi soir de faire respecter le règlement relatif à la salubrité des habitations. «Ça fait plus de dix ans qu’ils répètent la même chose», dit-il.

Le coordonnateur compte poursuivre sa grève de la faim jusqu’à ce qu’il puisse rencontrer personnellement Sylvain Gaudreault, ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire et ministre responsable de l’habitation en présence du maire de Gatineau, Marc Bureau.

Il demande l’amendement de la Charte de la ville de Gatineau afin que la municipalité puisse condamner des logements non conformes à son règlement sur la salubrité.

Il demande aussi que des mesures concrètes qui soient prises par la Ville pour assurer un logement aux ménages sans logis de l’Outaouais. Malgré la construction d’une centaine de nouveaux logis, plus de 1000 ménages sont en attente d’un logement abordable.

La Ville de Gatineau a annoncé la réfection d’un tronçon de la rue Morin mardi soir. Pour ce faire, les habitations s’y trouvant devront être démolies.

<lire l'article original sur JournalLaRevue.com>

Le Droit


François Roy de Logemen' occupe... (Archives, LeDroit)François Roy de Logemen' occupe

Archives, LeDroit

Charles Thériault
Le Droit

François Roy entame une deuxième grève de la faim en trois ans. Le coordonnateur de Logemen'occupe a annoncé, mardi matin, qu'il cessera de manger jusqu'à ce qu'il obtienne une rencontre avec le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (MAMROT), Sylvain Gaudreault.

M. Roy s'est installé dans un logement insalubre de la rue Morin à Gatineau, où une famille a récemment été évacuée et relogée par Logemen'occupe.

François Roy veut forcer le gouvernement du Québec et la Ville de Gatineau à prendre des mesures concrètes pour éliminer les taudis et forcer leurs propriétaires à rénover ou démolir ces habitations.

Il a aussi blâmé le maire Marc Bureau, pour son inaction.

Un inspecteur spécialisé en bâtiment, Pierre Vachon, a affirmé que l'édifice est véritablement insalubre et presque impossible à chauffer.

François Roy avait fait une grève de la faim en 2011, dans le but d'obtenir une rencontre avec le ministre du temps, Laurent Lessard.

La rencontre a eu lieu le 23 septembre 2011.

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

Radio-Canada.ca


François Roy entame mardi une grève de la faim.

Publié mardi 07 mai 2013 sur Radio-Canada.ca

Le coordonnateur de l'organisme Logemen'occupe, François Roy, entreprend mardi sa deuxième grève de la faim en deux ans. Il interpelle ainsi la Ville de Gatineau et le gouvernement du Québec afin d'obtenir la condamnation de logements impropres à l'habitation sur le territoire de Gatineau.

Pour faire sa grève de la faim, M. Roy s'est installé dans un logement de la rue Morin, qualifié d'insalubre et de dangereux, selon Logemen'occupe et un inspecteur indépendant.

« On est en pleine crise du logement abordable [...] Une des faces cachées de cette crise, c'est que de plus en plus de ménages doivent louer des logements qui sont vraiment dangereux pour leur santé et leur sécurité », souligne François Roy.

Le coordonnateur souhaite que la Municipalité demande à Québec le pouvoir de faire évacuer, de fermer et de démolir au besoin ce type de logements, lorsqu'ils sont jugés inhabitables.

M. Roy affirme qu'en septembre 2011, à la suite d'une première grève de la faim, le maire de Gatineau, Marc Bureau, s'était engagé à demander ces nouveaux pouvoirs à la province. Un an et demi plus tard, ces demandes n'ont toujours pas été faites, selon lui.

Se fondant sur les données de Statistique Canada, François Roy soutient que quelque 12 % des logements de Gatineau requièrent d'importantes réparations.

En outre, le coordonnateur de Logemen'occupe demande à Québec de respecter son engagement de 2011 de mettre sur pied un plan d'intervention destiné aux mal-logés. Cette promesse aurait été faite après la première grève de la faim de François Roy, au terme de la laquelle celui-ci avait pu rencontrer le ministre des Affaires municipales de l'époque, Laurent Lessard.

<lire l'article original sur Radio-Canada.ca>

 

Membre