«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

MÉDIAS traditionnels LaRevue (Info07) Radio-Canada.ca TVA Gatineau/Ottawa Urgence 07

Le Droit

François Roy... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)François Roy
Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

 
Charles Thériault
 
 

Le maire de Gatineau, Marc Bureau, se dit prêt à rencontrer François Roy à la Maison du citoyen, mais le coordonnateur de Logemen'occupe hésite à accepter l'invitation.

Réagissant à la grève de la faim que mène François Roy depuis près d'une semaine, le maire Bureau a réitéré l'invitation qu'il lui avait lancée en janvier. «Une lettre est partie et je l'invite à mon bureau n'importe quand, dit-il. Mon bureau est ouvert.»

François Roy occupe un logement jugé insalubre sur la rue Morin, depuis mercredi dernier. Il mène une grève de la faim et il réclame une rencontre avec le maire Bureau et le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, dans l'édifice du secteur Hull. Il accueille la proposition du maire sans grand enthousiasme.

«Je vais en discuter avec le conseil d'administration de Logemen'occupe, mais nous demandons plus que ça. Lorsque M. Bureau était conseiller municipal, il me suivait pas à pas lorsque je montrais des taudis comme ceux de la rue Morin. Mais maintenant qu'il est maire, il n'ose plus venir voir les mêmes logements.»

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

François Roy poursuit sa grève de la faim,... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

François Roy poursuit sa grève de la faim, malgré la décision de la Ville de Gatineau d'exproprier les logements insalubres de la rue Morin.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Guillaume St-Pierre
Guillaume St-Pierre
Le Droit


Le coordonnateur de Logemen'Occupe, François Roy, n'a toujours pas eu de réponse à ses demandes alors qu'il en était hier à sa sixième journée de jeûne.

Le militant est installé depuis la semaine dernière dans un logement insalubre de la rue Morin, dans le secteur Hull.

M. Roy souhaite que la Ville de Gatineau adopte un règlement de salubrité qui forcerait les propriétaires de taudis à rénover leurs logements, et donnerait le pouvoir à la Ville de démolir les bâtiments.

«Quelques personnes sont venues me visiter, mais aucun membre de la classe politique tant fédéral, provincial que municipal malgré notre invitation formelle», affirme-t-il.

Il dit avoir reçu la visite de courtiers immobiliers, qui ont pu lui confirmer qu'il existe «de plus en plus de taudis sur le territoire de Gatineau», dont un certain nombre sont dans un état plus lamentable que ceux de la rue Morin.

Le militant rappelle que les personnes vivant dans ces milieux toxiques sont souvent atteintes de différents troubles de la santé et ont une espérance de vie moindre.

Il ajoute que le maire Marc Bureau avait reconnu les lacunes du règlement de salubrité actuel de la ville et «l'importance de le renforcer en demandant à l'Assemblée nationale du Québec une modification de la Charte de la ville».

«Aujourd'hui, ces mêmes politiciens nous disent que cette démarche de bonification n'est plus nécessaire et que la Ville peut obtenir les mêmes solutions sans faire ces demandes de modification, précise-t-il.

Le FRAPRU manifeste

Par ailleurs, une manifestation pour réclamer la poursuite des subventions fédérales à 127000 logements sociaux existants s'est tenue samedi après-midi à Québec, à l'invitation du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

Ces subventions, accordées depuis des décennies par Ottawa, doivent se terminer graduellement au cours des années 2014 et 2015, ce qui pénalisera les locataires à plus faibles revenus qui y demeurent, selon l'organisme. Selon le FRAPRU, les loyers de ces personnes moins nanties risquent d'augmenter considérablement avec la fin de ces subventions. Dans certains cas, le coût du logement pourrait doubler et même tripler.

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

LaRevue
photo: Patricia Lanteigne
7ième journée de grève de la faim pour François Roy, coordonateur de l'organisme Logemen'Occupe.

Le maire de Gatineau Marc Bureau a fait parvenir une invitation au coordonnateur de l’organisme Logemen’Occupe François Roy lundi le sollicitant à le rencontrer. «Je l’invite à mon bureau n’importe quand. Mon bureau est ouvert pour le recevoir», dit-il.
«Malgré les promesses des élus de faire la demande de modification de la Charte municipale en septembre 2011, plus de 18 mois après cette rencontre, aucune demande n’a été envoyée au ministère de l’habitation», explique M. Roy.

La modification de la Charte municipale est nécessaire pour concéder aux inspecteurs municipaux la possibilité de condamner des habitations jugées dangereuses à l’habitation.

D’après François Roy, les élus agissent de mauvaise foi. Il demande au maire et au nouveau ministre responsable de l’habitation, Sylvain Gaudreault de venir visiter le logement dans lequel il a entamé sa grève de la faim pour démontrer l’état de la situation.

Cette maison située sur la rue Morin, n’est pas bien isolée, forçant les anciens occupants à débourser une facture d’électricité dépassant les mille dollars pour deux mois de service. Elle démontre des problèmes de moisissures et des émanations toxiques, sans compter les problèmes de chauffage et d’eau.

«J’ai perdu confiance en leurs promesses. Je pense que les dix dernières années démontrent bien avec toutes les démarches qu’on a fait que le maire n’est pas de bonne foi», explique François Roy.

Lettre au maire

Le coordonnateur de l’organisme Logemen’Occupe dévoué à la cause des mal-logés, François Roy a entamé sa grève de la faim mardi dernier dans le but de faire avancer les choses dans le dossier des taudis à Gatineau.

«Au cours des dernières années, nous avons été témoins d’un nombre incalculable d’engagements et de promesses de toutes sortes et tout aussi intéressantes les unes que les autres par des représentants politiques des différents partis politiques et de différents paliers de gouvernements (municipal, du Québec et d’Ottawa) afin de mettre en place des dispositifs visant à corriger la situation. Tous et toutes, comme vous, ont promis, en déchirant leur chemise sur la place publique, de remédier à ces situations insupportables et abjectes», peut-on lire dans une missive envoyée au maire le 7 mai dernier.

<lire l'article original sur JournalLaRevue.com>

photo: Joanie Duval
François Roy a dénoncé un autre logement

Publié le 12 Mai 2013
Antony Da Silva-Casimiro

Le coordonnateur de Logemen'Occupe François Roy en est à sa 6e journée de grève de la faim et il n'a toujours pas reçu les visites attendues.

Mardi, il a demandé au maire Marc Bureau ainsi qu'au ministre des Affaires municipales Sylvain Gaudreault de venir faire un tour sur la rue Morin pour voir à quoi ça ressemblait «un vrai taudis». Bientôt une semaine s'est écoulée et toujours pas de réponse pour M. Roy.

Il avait également invité les autres politiciens de Gatineau à venir le visiter au 23, rue Morin. «J'ai eu un échange avec madame Sylvie Goneau (conseillère municipale et présidente de la Commission permanente sur l'habitation) et elle m'a dit qu'elle passerait. Je n'ai pas eu de retour sur une date», précise-t-il.

Il y a deux ans, il avait effectué une première grève de la faim, qui avait duré dix jours avant qu'on lui réponde qu'il aurait une rencontre avec le ministre Gaudreault. Cette fois-ci, il n'a même pas reçu un accusé de réception à la suite de son courriel où il fait part de ses demandes.

«La balle est dans leur camp. Je vais poursuivre la grève tout aussi longtemps que ça ne sera pas réglé. Je vais aussi montrer qu'il y a des gens qui mettent leur santé et leur sécurité en péril en vivant dans des taudis», indique le coordonnateur de Logemen'Occupe, qui s'est installé dans un des logements insalubres.

Il demande au maire de Gatineau d'honorer ses promesses de 2011 concernant les taudis. On lui avait assuré que le problème serait rapidement réglé avec une demande de modification de la Charte municipale de Gatineau. Deux ans plus tard, aucune demande n'a été effectuée. Il veut voir les taudis disparaître et forcer les propriétaires à les rénover ou les démolir.

<lire l'article original sur JournalLaRevue.com>

LaRevue


Joanie Duval
François Roy a dénoncé un autre logement

Publié le 10 Mai 2013
Joanie Duval

Encore en grève de la faim, François Roy a dénoncé, vendredi,  un autre taudis de Gatineau dans le but de faire passer à l’action le conseil municipal dans le dossier des logements insalubres.

M. Roy a tenu une conférence de presse devant le 85 rue Saint-Hyacinthe, qui présente de nombreux vices selon le rapport de Pierre Vachon, inspecteur en bâtiments. On y retrouve des problèmes de vermines, de moisissures et d’électricité, entre autres, ce qui rend le logement impropre à l’habitation.

«Nous dénoncerons d’autres logements comme celui-là au cours des prochains jours et prochaines semaines. Le but est de rencontrer le ministre responsable du logement, Sylvain Gaudreault et le maire Bureau. C’est inadmissible que la Ville de Gatineau ne reconnaisse pas le problème des taudis», a déclaré M. Roy.

Il a invité les politiciens de Gatineau à venir le visiter au 23 rue Morin, où il poursuit sa grève de la faim, pour qu’ils comprennent ce qu’est un logement insalubre.

Il a aussi fermement insisté pour que la Ville respecte l’article 45 du Règlement relatif à la salubrité et à l’entretien des habitations, où il écrit qu’un logement présentant les conditions du 85 rue Saint-Hyacinthe doit être déclaré impropre à l’habitation.

Rappelons que François Roy est en grève de la faim depuis mardi passé.

<lire l'article original sur JournalLaRevue.com>

Membre