«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

MÉDIAS traditionnels LaRevue (Info07) Radio-Canada.ca TVA Gatineau/Ottawa Urgence 07

Radio-Canada.ca

Des analyses de laboratoire confirment la présence de champignons toxiques dans un immeuble à logements de la rue Morin, dans le Vieux-Hull à Gatineau, selon Logemen'occupe.

François Roy, coordonnateur de l'organisme, affirme avoir obtenu les résultats des prélèvements de moisissures mardi matin. D'après lui, ceux-ci démontrent que la santé des résidents du 23, rue Morin est compromise.

« À notre avis, les gens qui habitent là présentement devraient être évacués sur-le-champ. » — François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe

L'organisme condamne depuis longtemps l'insalubrité d'immeubles de la rue Morin, que la Ville entend acquérir afin de refaire l'aqueduc et l'égout entre les rues des Braves-du-Coin et Gagnon. Certains édifices seront rasés afin d'effectuer les travaux.

Selon M. Roy, les résultats d'analyses montrent que des problèmes perdurent depuis longtemps dans ces logements. « Ça fait des années qu'il y a des infiltrations d'eau, mais malgré ça, les autorités municipales ne jugent pas nécessaire d'évacuer les personnes qui habitent là en disant qu'éventuellement, ils vont être démolis à cause de l'expropriation qui est en cours », soutient-il.

L'organisme entend informer les autorités municipales des résultats d'analyses mardi. Il souhaite que la Ville déclare les logements impropres à l'habitation en vertu du règlement sur la salubrité.

Logemen'occupe souligne que d'autres logements présentent des problèmes similaires sur le territoire de la ville en raison du vieillissement du parc de logements locatifs.

La Ville interviendra

Le maire de Gatineau, Marc Bureau, a indiqué mardi matin que la Ville avait convenu des ententes pour l'achat des résidences situées au 25 et au 29 de la rue Morin. Il veut laisser le temps à l'administration municipale d'analyser les résultats des analyses avant d'évincer des résidents.

M. Bureau a rappelé que le règlement est clair. « Quand on aura besoin de le déclarer, puis s'il faut sortir des gens, on va les sortir », a-t-il ajouté.

L'organisme Logemen'occupe a envoyé une mise en demeure à la Ville de Gatineau concernant la salubrité des logements.

Il estime que la Ville n'applique pas l'article 45 de son règlement de salubrité en plus de ne pas avoir la volonté de condamner les immeubles à logement qui sont impropres à l'habitation.

Au cours des dernières années, le conseil municipal a pris plusieurs engagements afin de diminuer la présence de taudis sur son territoire et de favoriser l'accès au logement social.

Par contre, Logemen'occupe affirme que ces engagements n'ont pas donné lieu à des mesures concrètesLe coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy

En mai dernier, le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy, a effectué une grève de la faim de 17 jours afin d'obtenir une rencontre avec le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault.

Il souhaitait discuter du problème de logements insalubres et de la crise du logement abordable à Gatineau.

Après la rencontre qui a finalement eu lieu le 18 juin, l'activiste se disait insatisfait de sa discussion avec le ministre. Il avait notamment affirmé que le ministre avait « une méconnaissance profonde » du dossier et qu'il n'avait pris aucun engagement à court terme pour aider les mal-logés.

François Roy avait toutefois expliqué que le Sylvain Gaudreault souhaitait mettre sur pied un forum ou un chantier sur la crise du logement en Outaouais pour dresser le portrait de la situation et proposer des solutions.

<lire l'article original sur Radio-Canada.ca>

 

 

Logemen'occupe met la ville de Gatineau en demeure pour que les logements insalubres de la rue Morin soit condamnés.

La semaine dernière, des experts mandatés par Logemen'occupe ont attesté qu'ils étaient dangereux pour la santé et la sécurité de leurs occupants.

 

 

TRANSCRIPTION DE L'EXTRAIT AUDIO:

"il y a pas de véritable volonté politique de la part de la ville de gatineau d'appliquer rigoureusement l'article 45 du règlement de salubrité qui détermine ce que doit être un logement impropre à l'habitation"  --

<voir l'article original sur RadioNRJ.ca>

Logemen’occupe a fait parvenir une mise en demeure à la Ville de Gatineau vendredi pour la forcer à prendre des mesures pour «protéger la sécurité des locataires situés aux 23, 25 et 27 de la rue Morin».


Patricia Lanteigne
Rue Morin

Selon la lettre envoyée au directeur général de la ville, Robert Weemaes, Gatineau a cinq jours pour répondre à la demande de Logemen’occupe. Si le délai n’est pas respecté, l’organisme s’adressera aux tribunaux pour obliger la municipalité à offrir un soutien approprié aux résidents des logements ciblés, selon son coordonnateur, François Roy.

M. Roy avait entamé une grève de la faim en mai pour forcer le maire de Gatineau, Marc Bureau, et le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, à agir dans le dossier des loyers insalubres.

«Ça fait une multitude d’interventions qu’on fait dans les dernières années pour qu’ils respectent l’article 45. On a rencontré le cabinet du maire et le ministre, mais ils refusent toujours de condamner les propriétaires de ces logements et ils se ferment les yeux. Il faut sortir les locataires le plus rapidement de là.»

Dans la mise en demeure, Logemen’occupe prétend que Gatineau a mandaté l’entrepreneur de corriger la situation. Un inspecteur mandaté par l’organisme avait relevé des problèmes d’humidité, d’infiltration d’eau, de moisissure et de présence de vermine. Les travaux effectués par le propriétaire des lieux ne règlent pas ces maux, selon François Roy.

<lire l'article original sur JournalLaRevue.com>

François Roy fait une grève de la faim de 17 jours en mai dernier.

 

Le coordonnateur de l'organisme Logemen'occupe, François Roy, a rencontré, mardi matin, le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, à Québec afin de le sensibiliser sur la crise de logement qui prévaut en Outaouais.

Selon M. Roy, le ministre a « une méconnaissance profonde » du dossier et il n'a pris aucun engagement à court terme pour aider les mal-logés.

 

« On aurait souhaité qu'il prenne des engagements à court terme pour nous aider à mieux soutenir les familles qui viennent frapper à nos portes. » — François Roy, coordonnateur, Logemen'occupe
 

Le coordonnateur de Logemen'occupe soutient que 3000 logements abordables doivent être construits à Gatineau d'ici 5 ans pour pallier à la crise.

En mai dernier, M. Roy avait fait une grève de la faim de 17 jours pour demander une rencontre avec le ministre pour discuter du problème de logements insalubres et de la crise du logement abordable à Gatineau.

M. Roy était accompagné par la directrice Oeuvres-Isidore-Ostiguy, Louise Guindon, et par le coordonnateur du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), François Saillant.

François Roy a toutefois expliqué que le ministre Gaudreault souhaitait mettre sur pied un forum ou un chantier sur la crise du logement en Outaouais pour dresser le portrait de la situation et proposer des solutions. Cette consultation pourrait avoir lieu à l'automne.

La réunion, qui devait à l'origine avoir lieu le 7 juin dernier, avait été reportée à la dernière minute par le ministre en raison d'une urgence.

 

ottawa–gatineau

audio -  Au « Midi trente », Michel Picard discute avec François Roy qui dresse le bilan de sa rencontre avec le ministre Gaudreault

 

 

Membre