«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

MÉDIAS traditionnels LaRevue (Info07) Radio-Canada.ca TVA Gatineau/Ottawa Urgence 07


<p>Daniel LeBlanc</p>
Daniel LeBlanc
Le Droit
 
Des manifestants ont interpellé vendredi le premier ministre François Legault au sujet de la crise du logement qui sévit à Gatineau, où le taux d’inoccupation des logements locatifs frôle maintenant 1 %, selon les plus récents chiffres de la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

« Ce qu’on voulait souligner encore une fois, c’est cette situation de crise. Il y a une quantité incroyable de famille sans logis, qui n’arrivent pas à se trouver un toit en raison de la pénurie de logements abordables. Certains sont disponibles, mais pas à des prix raisonnables pour les gens qui font appel à nos services. Avec les tornades et les inondations des dernières années, la situation s’est aggravée », lance le coordonnateur de l’organisme Logemen’occupe, François Roy. 

Accompagné d’une mère monoparentale qui habite dans un logis de dépannage depuis un an et qui est sur la liste d’attente de l’Office d’habitation de l’Outaouais, M. Roy a pu s’entretenir en privé avec M. Legault ainsi que le ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe. 

« Ce qu’on veut, c’est que des mesures soient prises à court, moyen et long terme pour soutenir ces familles-là adéquatement. On a lancé le même message à la ministre (des Affaires municipales) Andrée Laforest il y a une dizaine de jours. On veut que des mesures d’urgence soient mises en place le temps que des unités se construisent, par exemple, un supplément au loyer pour aider les gens à se reloger dans le marché privé à un coût abordable. Tous nos logis de dépannage sont occupés, on ne peut plus recevoir de familles. Encore ce matin, j’ai rencontré un père d’un enfant de 18 mois qui se retrouvera à la rue la semaine prochaine », de dire M. Roy.

 

À LIRE AUSSI :

Train léger: la Caisse de dépôt «n’invente pas l’argent», dit Legault

Legault annonce 17 millions $ pour l’industrie de la cybersécurité

Legault visite les locaux du Centre de pédiatrie sociale de Gatineau

En quittant le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau, le premier ministre s’est adressé aux manifestants postés de l’autre côté de la rue.

« Chaque fois que je viens, on me parle du manque de logements abordables, qui s’est aggravé évidemment avec la tornade et les inondations. La ministre est en train de travailler pour en construire à peu près 500 et entretemps, car ça peut prendre un, deux ou trois ans, d’avoir des suppléments pour vous aider à avoir des logements qui coûtent un peu plus cher, mais dont la différence sera payée. On va regarder ça. [...] C’est vrai que quand on parle de manque de logements abordables, on parle souvent de Montréal, mais il n’y a pas juste là où il y a du travail à faire, ici aussi. Vous n’avez pas été chanceux dans les dernières années, en plus. Je suis un gars de résultats, alors je vais m’assurer avec Mme Laforest qu’il y ait des résultats », a-t-il indiqué au groupe. 

François Roy soutient que même s’il n’a pas obtenu de réponses concrètes, il a senti « une ouverture et une volonté de s’attaquer au problème ».

« On va continuer de mettre de la pression quand même », conclut-il.

 

<lire l'article original sur LeDroit.ca>

 

Malgré la pluie, plus de 80 manifestants ont pris part à une marche cet avant-midi dans le secteur de Hull.

Les organismes, comme Logemen'occupe et le Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais, ont exigés que le premier budget du gouvernement Couillard comprenne des investissements majeurs pour lutter contre l'itinérance et les problèmes de logements sociaux.

La marche s'est terminée par une manifestation ce midi devant les bureaux de la députée de Hull, Maryse Gaudreault.

<voir l'article original sur gatineau.radionrj.ca>

TVA HD Gatineau/Ottawa
 

Plusieurs personnes ont manifesté vendredi après-midi, devant les bureaux de la députée de Hull, Maryse Gaudreault.

En prévision du budget du nouveau gouvernement qui sera déposé en juin, les organismes communautaires de l'Outaouais craignent que les mesures d'austérité annoncées par le premier ministre Philippe Couillard se fasse au détriment de la lutte contre les inégalités sociales.

Logemen'Occupe réclame 6 000 nouveaux logements sociaux d'ici 5 ans dans la région.

<lire l'article originale sur TVA Gatineau/Ottawa>

 

Plusieurs manifestants vont prendre part à une marche cet avant-midi dans le secteur de Hull.

Les organismes, comme Logemen'occupe et le Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais, exigent que le premier budget du gouvernement Couillard comprenne des investissements majeurs pour lutter contre l'itinérance et les problèmes de logements sociaux.

La marche se terminera par une manifestation ce midi devant les bureaux de la députée de Hull, Maryse Gaudreault.

<lire l'article originale sur Rouge FM>

En matière de logement social et de lutte à l'itinérance

La situation de la lutte à l'itinérance et le logement social allaient de pair avec la température, jeudi, selon les dires des organismes communautaires.

Munis de pancartes et de parapluies, plus de 70 manifestants ont pris d'assaut la rue à Gatineau jeudi afin de faire entendre «la voix des plus démunis».

En appui à la manifestation nationale lancée par le FRAPRU, le Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais (CRIO) ainsi que Logemen'Occupe s'attend à ce que le prochain budget du gouvernement provincial, qui sera déposé en juin, soit défavorable pour les familles à faible revenu.

«On craint le discours ambiant, le discours d'austérité. Il y aura des conséquences directes sur les populations plus fragilisées et plus appauvries. On souhaite que le budget du ministre des Finances mette à l'avant-plan les différents droits essentiels au plein respect des droits de l'homme», déclare Alexandre Ranger, coordonnateur du CRIO.

Mais selon ce que les organismes entendent, le budget Leitao irait dans l'autre sens. En fait, au lieu de donner de l'argent, il sabrerait dans le volet administratif et couperait par la suite des programmes d'aide sociale, si nécessaire, affirme M. Ranger.

«C'est un manque de volonté et de courage et des gouvernements actuels d'aller chercher le financement là où il est. Il y a différentes mesures pour en avoir. Mais plutôt, on nous dit qu'on va couper des milliards $ dans les dépenses publiques.»

Toutes les communications du gouvernement libéral parlent de coupures, ajoute-t-il. Même que les élus ne poursuivraient pas avec Accès-Logis, un programme d'aide financière qui permet aux personnes à faible revenu de simplement payer 25% des coûts en logement.

«S'ils font ça, ça va être des dizaines de milliers de familles au Québec qui seront dans l'impossibilité de payer. Les libéraux ne se sont jamais prononcés sur la question d'Accès-Logis. On n'entend rien à propos de leur politique de la lutte à l'itinérance. Quand ils pensent à de belles choses, ils consultent la population et en ce moment, ils ne consultent pas», mentionne Yves Séguin, président du CRIO.

Le FRAPRU demande l'ajout de 50 000 logements sociaux au Québec. De ce lot, la construction de 5000 logements serait nécessaire pour subvenir aux besoins en Outaouais.

<lire l'article original sur JournalLaRevue.ca>

Membre