«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

MÉDIAS traditionnels LaRevue (Info07) Radio-Canada.ca TVA Gatineau/Ottawa Urgence 07

Malgré la pluie, plus de 80 manifestants ont pris part à une marche cet avant-midi dans le secteur de Hull.

Les organismes, comme Logemen'occupe et le Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais, ont exigés que le premier budget du gouvernement Couillard comprenne des investissements majeurs pour lutter contre l'itinérance et les problèmes de logements sociaux.

La marche s'est terminée par une manifestation ce midi devant les bureaux de la députée de Hull, Maryse Gaudreault.

<voir l'article original sur gatineau.radionrj.ca>

TVA HD Gatineau/Ottawa
 

Plusieurs personnes ont manifesté vendredi après-midi, devant les bureaux de la députée de Hull, Maryse Gaudreault.

En prévision du budget du nouveau gouvernement qui sera déposé en juin, les organismes communautaires de l'Outaouais craignent que les mesures d'austérité annoncées par le premier ministre Philippe Couillard se fasse au détriment de la lutte contre les inégalités sociales.

Logemen'Occupe réclame 6 000 nouveaux logements sociaux d'ici 5 ans dans la région.

<lire l'article originale sur TVA Gatineau/Ottawa>

 

Plusieurs manifestants vont prendre part à une marche cet avant-midi dans le secteur de Hull.

Les organismes, comme Logemen'occupe et le Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais, exigent que le premier budget du gouvernement Couillard comprenne des investissements majeurs pour lutter contre l'itinérance et les problèmes de logements sociaux.

La marche se terminera par une manifestation ce midi devant les bureaux de la députée de Hull, Maryse Gaudreault.

<lire l'article originale sur Rouge FM>

En matière de logement social et de lutte à l'itinérance

La situation de la lutte à l'itinérance et le logement social allaient de pair avec la température, jeudi, selon les dires des organismes communautaires.

Munis de pancartes et de parapluies, plus de 70 manifestants ont pris d'assaut la rue à Gatineau jeudi afin de faire entendre «la voix des plus démunis».

En appui à la manifestation nationale lancée par le FRAPRU, le Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais (CRIO) ainsi que Logemen'Occupe s'attend à ce que le prochain budget du gouvernement provincial, qui sera déposé en juin, soit défavorable pour les familles à faible revenu.

«On craint le discours ambiant, le discours d'austérité. Il y aura des conséquences directes sur les populations plus fragilisées et plus appauvries. On souhaite que le budget du ministre des Finances mette à l'avant-plan les différents droits essentiels au plein respect des droits de l'homme», déclare Alexandre Ranger, coordonnateur du CRIO.

Mais selon ce que les organismes entendent, le budget Leitao irait dans l'autre sens. En fait, au lieu de donner de l'argent, il sabrerait dans le volet administratif et couperait par la suite des programmes d'aide sociale, si nécessaire, affirme M. Ranger.

«C'est un manque de volonté et de courage et des gouvernements actuels d'aller chercher le financement là où il est. Il y a différentes mesures pour en avoir. Mais plutôt, on nous dit qu'on va couper des milliards $ dans les dépenses publiques.»

Toutes les communications du gouvernement libéral parlent de coupures, ajoute-t-il. Même que les élus ne poursuivraient pas avec Accès-Logis, un programme d'aide financière qui permet aux personnes à faible revenu de simplement payer 25% des coûts en logement.

«S'ils font ça, ça va être des dizaines de milliers de familles au Québec qui seront dans l'impossibilité de payer. Les libéraux ne se sont jamais prononcés sur la question d'Accès-Logis. On n'entend rien à propos de leur politique de la lutte à l'itinérance. Quand ils pensent à de belles choses, ils consultent la population et en ce moment, ils ne consultent pas», mentionne Yves Séguin, président du CRIO.

Le FRAPRU demande l'ajout de 50 000 logements sociaux au Québec. De ce lot, la construction de 5000 logements serait nécessaire pour subvenir aux besoins en Outaouais.

<lire l'article original sur JournalLaRevue.ca>

CNW TELBEC

MONTRÉAL, le 5 mai 2014 /CNW Telbec/ - À quelques semaines du budget du ministre des Finances, Carlos Leitao, le Front d'action populaire en réaménagement urbain passe à l'offensive. Le FRAPRU est convaincu que la politique d'austérité budgétaire, prônée ouvertement par le premier ministre Philippe Couillard, menace les services publics et les programmes sociaux. Il annonce une série d'actions visant à le convaincre de faire marche arrière pour investir dans des domaines comme le logement social et la lutte contre l'itinérance.

Dans la semaine du 12 mai, des actions et des interventions publiques se dérouleront dans plusieurs régions, afin d'interpeller directement des membres du cabinet Couillard. La semaine se clôturera par une manifestation nationale à Québec. La manifestation, qui réunira plusieurs centaines de personnes est organisée conjointement avec le Réseau SOLIDARITÉ Itinérance du Québec (RSIQ). Elle se terminera au ministère des Finances.

Le FRAPRU veut s'assurer que le gouvernement confirmera, dès son premier budget, sa volonté d'investir dans de nouveaux logements sociaux. L'organisme ne cache pas son appréhension, le Parti libéral n'ayant pris aucun engagement électoral en ce domaine. Tout au plus, Philippe Couillard a-t-il déclaré à des membres du FRAPRU qui l'interrogeaient à ce sujet, au cours de la campagne électorale, qu'un gouvernement libéral « ne ferait pas moins que le PQ dans le logement social ». Il a toutefois refusé de mettre cet engagement sur papier.

Or, non seulement le FRAPRU veut-il effectivement s'assurer que le budget Leitao ne fera pas moins que ce que l'ancien ministre des Finances, Nicolas Marceau, avait prévu en février 2014, c'est-à-dire le financement de 3250 logements sociaux dans le programme AccèsLogis, mais il réclame beaucoup plus. Selon l'organisme, la gravité des problèmes des logements nécessite le financement de 50 000 logements sociaux en cinq ans au Québec. Il rappelle, à cet égard, que, selon des données récentes de Statistique Canada, 228 000 ménages locataires québécois sont dans une situation d'urgence, puisque c'est plus de la moitié de leur revenu qui passe en loyer.

Le FRAPRU s'associe aussi au RSIQ pour demander que le budget prévoie le financement d'un plan d'action permettant de concrétiser la Politique nationale de lutte à l'itinérance, annoncée en février dernier. Cela exige des investissements majeurs en logement social, mais aussi dans tous les autres domaines concernés : aide sociale, santé et services sociaux, éducation, droit de cité, subventions aux organismes communautaires, etc.

Dans un mémoire qu'il a récemment envoyé au ministre Leitao, le FRAPRU explique que le gouvernement a un autre choix que l'austérité budgétaire : « Ce choix, c'est de s'attaquer aux privilèges dont profitent les contribuables à haut revenu et les grandes entreprises et qui ont pour effets d'accroître les injustices sociales et de priver l'État de milliards de dollars qui pourraient être utilisés autrement ».

Selon le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, « ce qui n'est pas un choix pour le gouvernement Couillard, c'est de respecter l'ensemble des droits humains, dont ceux au logement, à un revenu décent et à la dignité, et cela passe par des investissements majeurs dans la lutte contre la pauvreté ».

SOURCE Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)


Renseignements :

François Saillant, (514) 522-1010, (514) 919-2843 (cellulaire)
www.frapru.qc.ca
#frapru

<voir l'article original sur newswire.ca>

Membre