«le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

 

— Albert Einstein

 

Logemen’occupe
10, Curé André-Préseault, Gatineau (Québec) J8T 6N8
Téléphone : (819) 246-6644 / Télécopieur : (819) 246-6646


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE


 

Grève de la faim de François Roy

Invitation adressée à l’ensemble des membres de la classe politique Outaouaise


Gatineau, le 13 mai 2013 : Devant l’inaction et les promesses non respectées des autorités publiques face aux calamités de l’insalubrité de certains logements de l’Outaouais, j’ai décidé d’entamer, le 7 mai dernier, une grève de la faim dans un taudis bien connu de Gatineau. Je poursuivrai cette grève jusqu’à ce que des moyens appropriés soient mis en place pour régler ces problèmes récurrents qui menacent la santé et la sécurité de plusieurs personnes et familles. Comme ces cas d’insalubrité se retrouvent partout sur le territoire de l’Outaouais, je crois qu’il est important que tous les représentants des citoyens et citoyennes soient sensibilisés aux dangers pour la santé et le bien-être que vivent une partie de vos commettants.

 
Je vous invite donc à me rencontrer cette semaine (entre le 13 et 17 mai 2013) au taudis du 23 rue Morin à Gatineau pour discuter des problèmes d’insalubrité des logis et des moyens pour les contrer. Ainsi, vous aurez l’opportunité de visiter le logement impropre à l’habitation que j'occupe pour ma grève de la faim tout en profitant de l’occasion pour rencontrer les ménages locataires qui habitent les logements avoisinants. Vous pourrez constater l'état de délabrement de ces logements, l’impact de ces conditions de vie sur les personnes et les familles qui y vivent ainsi que l'importance de les évacuer rapidement d’un pareil milieu de vie empoisonné.
 
L’insalubrité des logements est une forme flagrante de la pauvreté extrême et de ses effets sur la santé des familles vulnérables. Les statistiques démontrant le lien intime entre la pauvreté et les mauvais états de santé des populations (taux de morbidité et de mortalité élevés, espérance de vie diminuée) se concrétisent dans ces conditions de vie continuellement soumises à un milieu toxique. Ces situations d’insalubrité des logements, qui transforment certains logis en poison, sont des problèmes importants de santé publique aux lourdes répercussions sur les finances de l’État et de ses composantes. De plus, l’insalubrité des logements ne se limitant pas aux grandes villes, ce sont tous les représentants du peuple de l’ensemble de la région qui doivent se pencher sur ces problèmes. C’est donc l’ensemble de la classe politique de tous l’Outaouais–tous paliers de gouvernement (fédéral, provincial, municipal et scolaire) et tous lieux confondus–qui sont interpellé par les problèmes d’insalubrité des logements.
 
Avec l’augmentation constante des loyers, la mise en place des mesures d’austérité gouvernementales tant à Ottawa qu’à Québec et le faible  développement de nouvelles unités de logement social et communautaire en Outaouais, la situation du logement abordable dans cette région ainsi que celle des mal-logés et des sans-logis s’est considérablement aggravée depuis les dernières années. Plusieurs familles sont obligées de vivre dans des conditions relevant souvent du tiers monde avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur leur santé et leur bien-être.
 
Nonobstant les interventions de Logemen’occupe, les faits nous démontrent que la situation des mal-logés et des sans-logis de l’Outaouais est loin d’être considérée comme un enjeu important et prioritaire par les autorités en place malgré ce qui peut être déclaré publiquement. Une société riche et développée comme le Québec ne peut pourtant pas tolérer qu’un pourcentage significatif de la population soit PRIVÉ de leur santé parce qu’un droit aussi élémentaire que celui de se loger convenablement et selon sa capacité de payer n’est pas respecté. Heureusement, cette situation n’est pas le lot de l’ensemble des locataires du Québec et de l’Outaouais.
 
En terminant, je sollicite votre appui (sous forme de lettre ou de résolution que vous pourrez me remettre lors de votre visite) aux revendications soutenues par ma grève de la faim. Je compte poursuivre cette grève jusqu’à ce que je rencontre le ministre responsable de l’habitation, Sylvain Gaudreault, et le maire de Gatineau, Marc Bureau, dans le taudis du 23 Morin, là où j’habite au cours de cette action. Je souhaite convaincre ces derniers de la nécessiter de mettre rapidement en place en chantier de travail sur la crise du logement abordable avec tous les acteurs impliqués tels que cela devait se faire en 2011 après ma rencontre avec M. Laurent Lessard, ex-ministre responsable de l’habitation.
 
En ce qui concerne les taudis dangereux pour la santé et la sécurité des occupants, je demande que Québec donne aux municipalités l’autorité d’émettre une ordonnance d’évacuation et de fermeture d’un bâtiment ou d’un logement non conforme aux normes de salubrité. Cette revendication implique que les municipalités adoptent et appliquent d’une façon contraignante un code de salubrité pour les logements locatifs. Ce code doit comprendre les pratiques suivantes : l’intervention rapide des inspecteurs de la municipalité en cas de plainte d’insalubrité; le pouvoir de condamner les logements impropres à l’habitation; l’obligation de reloger les occupants des logements insalubres dans des logis sains avec un soutien financier et communautaire des pouvoirs publics; l’imposition de la réalisation des réparations majeures par le propriétaire dans de courts délais prévus; en cas de non-réalisation, la rénovation de l’immeuble par la municipalité qui imposera la facture au propriétaire fautif; en cas de non-paiement, la saisie par la municipalité de l’immeuble et sa transformation en logements sociaux.
 
Pour être en mesure de reloger rapidement les familles sans-logis ou mal-logées, je vous demande de soutenir la demande de Logemen’occupe afin que soit mise en place des mesures d’aide financière suffisantes sous forme de supplément au loyer, tel que stipulé dans le plan d’action interministériel en itinérance du Québec 2010-2013.
 
Dans l’attente d’une rapide réponse positive ainsi que votre visite cette semaine, veuillez agréer, monsieur et madame, nos sincères salutations.

- 30 -

Pour plus d'informations : François Roy, (xxx) xxx-xxxx cellulaire
(coordonné privé masqué sur cette version web du communiqué)

Contactez Logemen'Occupe au  (819) 246-6644 pour plus ample informations

Membre